Home Recherches scientifiques Caractéristiques phénotypiques de la chèvre « Arbia » élevée dans le Sud-Est Algérien 3/5

Caractéristiques phénotypiques de la chèvre « Arbia » élevée dans le Sud-Est Algérien 3/5

0
Caractéristiques phénotypiques de la chèvre « Arbia » élevée dans le Sud-Est Algérien 3/5

Analyse en composantes principales (ACP)

Les boucs

La répartition des boucs est illustrée par la figure 4:


Figure 4: Présentation factorielle des mâles 1-2 (Analyse en composantes principale). (C-c, Classe)

D’après Kaiser (1960) ; le nombre des axes factoriels à retenir pour l’interprétation des résultats de l’analyse doit expliquer un fort pourcentage de l’inertie totale, et conserver la plupart des variations des variables d’origine (Jolliffe, 2002). Dans notre cas, le pourcentage d’inertie expliqué par le plan crée par les deux premiers axes est de 61.80%. Le graphe (Fig. 4) montre que les individus sont classés en trois ensembles ce qui signifie que chaque ensemble possède des traits morphologiques très proches. Par exemple, le premier et le second sont opposés sur le premier axe, en d’autres termes ils sont différents en termes des variables liés à la tête, au corps, aux membres et au poids corporel adulte. Dans lequel la première classe est plus grande, plus longue et lourde que la seconde.

Les deuxième et troisième groupes sont également opposés mais sur le deuxième axe, ils ont certains traits communs tels que la couleur de la robe (CR) noir et blanc, la forme tombante des oreilles (FO) et la présence de la barbiche (PB). Parmi les traits qui les distinguent l’un de l’autre nous avons trouvé ; l’absence des pendeloques, le poids léger, les membres minces du deuxième groupe par rapport au troisième.

Les chèvres


Figure 5: Présentation factorielle des femelles 1-2 (Analyse en composantes principale). (C-c, Class)

Concernant les femelles; le plan développé par les deux premiers axes résume 39,68% des observations. (Fig. 5).

En prenant les individus des deuxième et quatrième sous-populations nous avons trouvé qu’ils étaient proches sur la représentation graphique, reflétant la similitude des animaux pour la majorité des variables descriptives telles que celles liés aux mesures de la tête (LT1, LT2, Lrg T), au longueur du corps (Lcrps), et au poids (P).

Contrairement aux première et troisième sous-populations qui apparaissent divergentes sur le premier axe car elles ont des traits éloignés les unes des autres. Les variables qui les différencient sont : la présence de la barbiche (PB), la hauteur au garrot (HG) et au sacrum (HS), la circonférence thoracique et le poids.

A suivre… Lire la suite